S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

Le Fantôme de l'Opéra (Londres, 2017)

#Review

Après l’annulation du Fantôme de l’Opéra à Paris au théâtre Mogador en septembre 2016, j’ai décidé de me rendre au fief de ce musical, à Londres, pour le redécouvrir dans sa version originale.

Il faut dire que The Phantom of the Opera est une des plus grandes comédies musicales anglo-saxones. Elle se joue sans interruption depuis sa première, le 9 octobre 1986, dans ce lieu emprunt d’une magie mystique : le Her Majesty's Theatre. La musique est d'Andrew Lloyd Webber. Quand au livret, il s'inspire bien sûr du roman éponyme de Gaston Leroux.

L'histoire se déroule à Paris. Au cœur Palais Garnier, Christine, danseuse de ballet, a une voix d’or. En coulisses, elle reçoit les conseils d’un mystérieux fantôme qui hante les lieux. Un jour, Raoul s’invite dans la vie de Christine et parvient à charmer la jolie jeune femme. Le fantôme ne va pas supporter cet affront et enlèvera la belle Christine. Il lui fera alors découvrir son antre : les sous-sols de l’Opéra.

Ce qui étonne dans The Phantom of the Opera, c’est le nombre incommensurable de décors. La scène du Her Majesty's Theatre change sans arrêt d’aspect, passant d’une salle de vente aux enchères au mythique grand lac des bas fonds de l’Opéra. Depuis la salle, on ne suspecte pas les énormes machineries et la logistique humaine qui doivent être nécessaires pour opérer un tel challenge. Le rythme est effréné, à tel point qu’on a presque l’impression d'assister à un tournage de film.

Tout est fait pour étonner le spectateur, qui a notamment les yeux émerveillés par les 281 "bougies" présentes sur scène. Le spectacle est également dans la salle, avec ce "very chandelier" qui prend place au milieu de ce grand théâtre. N’ayez pas peur des artifices pyrotechniques, il y en aura quelques uns durant la représentation et ils vous feront sursauter à coup sûr.

The Phantom of the Opéra, c’est aussi des grands airs connus que l’on a en tête longtemps après la représentation. Il y a évidemment "The Phantom of the Opera", mais aussi "All I Ask of You" ou encore "Masquerade". L’ensemble de la partition demande une technique vocale lyrique impeccable, ce dont les comédiens de cette production ne manquent pas !

Ce soir là, Ben Forster était le fantôme et Celine Schoenmaker la belle Christine. Ils campent ici leurs personnages avec efficacité, bien qu’on puisse cependant reprocher le manque de personnalité qu’ils peuvent y apporter. Comme chaque production calibrée anglo-saxonne, il y a peu de place à l’originalité. C’est cependant ce qui permet à ce classique de rester intact 30 ans après sa création.

Faut-il regretter alors que la pièce ne soit pas venue en France ? Après avoir découvert la production new-yorkaise l'année dernière et maintenant la production londonienne, je n'en suis pas certain. En effet, The Phantom of The Opera fait partie de ces chefs d’œuvre ancrés dans la culture anglo-américaine. Loin d’emporter ce même engouement en France, le mieux est donc de traverser la Manche pour ressentir le fantôme... "inside your mind"...

Sur le même sujet

Le Fantôme de l’Opéra fête ses 29 ans à Broadway
Visite dans les coulisses du Fantôme de l'Opéra
Audition : Choeurs / doublure du Fantôme de l’Opéra
Le Fantôme de l’Opéra : l’identité de Christine dévoilée
Audition : Le Fantôme de l’Opéra
Que faut-il attendre du Fantôme de l'Opéra à Mogador ?

Vous aimerez aussi

Ben Platt quitte la troupe de Dear Evan Hansen à Broadway
Audition : Bruno Berberes / The Voice - Orange
On en sait plus sur l'arrivée de La Reine des Neiges à Broadway
Wicked s’offre un nouveau record à Londres
Audition : Bourse d'étude API comédie musicale