S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

Showboat débarque à Londres : un spectacle qui n’a pas pris une ride !

#News

Depuis le 26 avril se joue à Londres la nouvelle production de Showboat signée Daniel Evans.

Showboat se joue depuis quelques jours dans le prestigieux New London Theater qui a accueilli durant 21 ans Cats et plus récemment War Horse. Cette comédie musicale de Jérôme Kern et Oscar Hammerstein II est l’un des plus vieux spectacles de Broadway puisqu’il a été créé en 1927, un an après la parution du éponyme livre d’Edna Ferber dont le spectacle s’inspire. Le "showboat" fait référence à un type de divertissement qui n’existe plus de nos jours. Une histoire puissante d’amitié, de liberté, de loyauté mais surtout d’amour !

Le bateau-théâtre accoste à un port de Louisiane sur le Mississippi afin de présenter son spectacle dont la vedette est la chanteuse Julie La Verne, objet de toutes les convoitises. Son amant, furieux d’être éconduit, la dénonce alors comme mulâtresse aux autorités locales. Elle ne peut plus se produire sur scène sous peine de choquer la bourgeoisie sudiste blanche et est contrainte de quitter la compagnie avec son mari et partenaire de scène. Magnolia, la fille des propriétaires du bateau et meilleure amie de Julie, est donc obligée de la remplacer au pied levé. Elle a pour partenaire un célèbre joueur professionnel, Gaylord Ravenal. Le coup de foudre entre Magnolia et Gaylord est le point de départ d’une saga sentimentale, mélancolique et mouvementée, qui va voir l’ascension et la gloire de Magnolia, les déboires de Gaylord, joueur irresponsable et ruiné ainsi que la descente aux enfers de Julie qui ne reviendra jamais sur le devant de la scène.

La création de Showboat marque un tournant décisif et le début d’une nouvelle ère dans le théâtre musical américain. A l’époque, les opérettes, les vaudevilles, les spectacles de style burlesque et les revues de cabaret constituent l’essentiel des productions de Broadway. Showboat est d’un genre nouveau et va poser les bases et les principaux codes des spectacles auxquels on peut assister aujourd’hui.

Les compositeurs ont voulu parler des sujets sensibles de l’époque comme le racisme, la ségrégation, la dépendance aux jeux d’argent, l’alcoolisme, les familles recomposées et l’hypocrisie de la classe bourgeoise. Le spectacle est donc plus sombre et plus sérieux et en même temps plus profond car la mélancolie, la nostalgie et l’émotion sont au premier plan sans pour autant délaisser la dimension comique. Leur ambition était aussi de mélanger plusieurs styles musicaux : l’opérette (très appréciée du public de l’époque), le jazz et le negro-spiritual, deux genres qui connaissent un véritable essor dans les années 30. Mêler ces styles si différents était donc un pari un peu risqué mais qui a très bien fonctionné au final. Certains morceaux de Showboat sont aujourd’hui devenus des standards comme « Ol’Man River » et « Why do I love you ? ». Aujourd’hui encore, cette comédie musicale pionnière est une grande source d’inspiration pour de nombreux compositeurs de notre génération.

Le spectacle a été joué de 1927 à 1929 à Broadway et a été adapté à Londres en 1928 au Drury Lane Theater pour 350 représentations. Plusieurs tournées se sont succédées par la suite aux Etats-Unis et en Angleterre. La reprise du spectacle à Broadway de 1994 à 1997 au Georges Gerschwin Theater a été vivement remarquée puisqu’elle a été récompensée plusieurs fois (5 Tony Awards, 4 Drama Desk Awards, 1 Theater World Award dans la catégorie « Meilleur espoir » décerné à Gretha Boston), prouvant ainsi une fois de plus que Showboat tient une place de choix dans le théâtre musical. Le spectacle a aussi connu trois adaptations cinématographiques.

La nouvelle production londonienne est de très grande qualité. Tout d’abord, le casting est exceptionnel. Il réunit entre autres : Chris Peluso (Miss Saigon, Mamma Mia!, Beautiful : The Carole King Musical) dans le rôle de Gaylord, Gina Beck (Wicked, The Phantom of the Opera, Les Misérables) dans le rôle de Magnolia et Emmanuel Kojo (Kiss me Kate, The Scottsboro Boys, Child Soldiers in Africa) dans le rôle de Joe. Leur performance est saluée par la critique. La force du spectacle tient aussi dans le parfait mélange des genres. On passe en un clin d’œil du tragique au comique, de la légèreté au drame. Toutes les émotions humaines sont ici retranscrites avec justesse et intensité.

Bien que le spectacle s’apprête à fêter ses 90 ans et que le contexte historique, politique et culturel ne soit plus le même, les thèmes abordés sont toujours d’actualité, ce qui en fait un spectacle résolument moderne ! Prenez donc place à bord pour vivre un voyage inoubliable !

Le bateau vous attend jusqu’au 7 janvier 2017.

Merci à Victoria Richard, rédactrice invitée pour cet article !

Vous aimerez aussi

Le Roi Soleil bientôt de retour à Paris ?
Pretty Woman The Musical : Samantha Barks et Steve Kazee en seront les stars
Une suite au film Mamma Mia! est prévue pour 2018 avec Cher
Critique : Jésus, de Nazareth à Jérusalem (Paris, 2017)
Une vie sur mesure, un one-man-show pour les fous de batterie