S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

Lady Gaga sera à l'affiche du film A Star is Born

#News

Le remake de A star is born est enfin sur les rails avec Lady Gaga en tête d’affiche.

À l'origine, c'est Clint Eastwood qui devait réaliser ce remake de la comédie musicale. L’icône hollywoodienne souhaitait que Beyoncé obtienne le rôle titre. Mais le projet est finalement tombé à l'eau et Clint Eastwood a passé la main à Bradley Cooper.

Après le départ de Beyoncé, Bradley Cooper aurait a proposé à Lady Gaga de faire des essais qui auraient plu aux dirigeants des studios Warner Bros.

La chanteuse n'est pas une comédienne débutante : elle a déjà fait de la figuration dans Les Soprano, elle a joué dans Machete Kills, Sin City : j'ai tué pour elle et Men In Black III. Mais, surtout, elle a fait ses preuves dans la cinquième saison de la série American Horror Story. Sa prestation lui a valu le Golden Globe de la Meilleure actrice en janvier 2016.

Ce film sera la quatrième version de A Star is Born après le film original de 1937, une seconde version en 1954 avec Judy Garland et une troisième en 1976 avec Barbra Streisand.

A star is born raconte l'histoire d'une jeune chanteuse en plein ascension, Ester, qui rencontre Norman Maine, un acteur vedette sur le déclin qui a sombré dans l'alcoolisme. Aidée par ce dernier, elle va connaître une ascension triomphale. Elle décide alors d'épouse son mentor, qui promet de ne plus boire. Mais leur bonheur est de courte durée. Norman Maine cède de nouveau à son vice et provoque un scandale. A la fin de la pièce, il se suicide pour ne plus être un un poids pour sa femme.

Sur le même sujet

Le film musical A Star is Born sortira en 2018 avec Lady Gaga dans le rôle-titre

Vous aimerez aussi

Le Roi Soleil bientôt de retour à Paris ?
Pretty Woman The Musical : Samantha Barks et Steve Kazee en seront les stars
Une suite au film Mamma Mia! est prévue pour 2018 avec Cher
Critique : Jésus, de Nazareth à Jérusalem (Paris, 2017)
Une vie sur mesure, un one-man-show pour les fous de batterie