S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

Siddhartha (Paris)

#Critique

Siddhartha, the Musical est un spectacle italien sur la vie de celui qui deviendra Bouddha. Basé sur le roman philosophique d’Herman Hesse, le spectacle raconte l’histoire de Siddhartha, un jeune prince en quête de spiritualité à travers l’Inde du VIème siècle.

A l’origine, ce spectacle créé par la chanteuse et compositrice italienne Isabelle faisait partie d’un programme de ré-insertion des détenus dangereux dans les quartiers de haute sécurité d’une prison italienne. Finalement, Siddhartha est devenu un "vrai" spectacle, qui s’est notamment joué en Italie et en Amérique du Sud. A cause des attentats parisiens de novembre, le spectacle n’a été représenté qu’un nombre très réduit de fois aux Folies Bergère de Paris.

Que retenir du spectacle ? Sur scène, les comédiens et chanteurs essaient de sauver une histoire lente et ennuyeuse. Les danseurs peinent à dynamiser un spectacle qui se prend trop au sérieux. Les décors projetés ne sont clairement pas au niveau, on se croirait dans une rediffusion d'une édition de l'Eurovision d'il y a 10 ans.

J'aimerais quand même saluer la chorégraphie du combat de bâtons, très réaliste. On se serait cru dans Tigre et Dragon. La présence de Patrick Poivre d’Arvor dans le rôle du narrateur dessert le spectacle plus qu'il ne le sert, ce dernier n'ayant que très peu préparé sa prestation.

Bref, vous aurez compris que je n'ai pas aimé ce Siddhartha. Dommage, car les artistes présents sur scène ne semblaient pas dénués de talent.

Sur le même sujet

La vie de Siddhartha narrée par Patrick Poivre d'Arvor

Vous aimerez aussi

Critique : The Woman in White (Londres)
La Petite Sirène : Le film en prise de vues réelles se précise
Audition : France Théâtre recherche des jeunes comédiens-chanteurs
Audition : Ecrivez votre court-métrage de comédie musicale et participez aux 3e résidences SO FILM de genre
Critique : Cabaret (Lyon)

Réserver un musical à Londres