S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

Le bal des vampires (Paris)

#Critique

Très impatient de découvrir la nouvelle production de Stage Entertainment France (Le Roi Lion, Mamma Mia, Sister Act, La Belle et la Bête), je me suis rendu au théâtre Mogador avec beaucoup d’excitation.

Le bal des vampires est l’adaptation en comédie musicale du film du même nom sorti en 1967 et réalisé par Roman Polanski. Persuadé que les vampires existent, le professeur Abronsius consacre tout son temps à la traque de ces derniers. Accompagné par son fidèle assistant Alfred, ce scientifique farfelu parcourt la Transylvanie et finit par arriver dans un petit village qui semble être un nid de vampires. La fille de l'aubergiste, Sarah, est enlevée par un vampire. Abronsius et Alfred, transi d'amour devant la belle jeune fille, partent à sa recherche.

La comédie musicale Le Bal des Vampires a été créée le 4 octobre 1997 dans une mise en scène de Roman Polanski à Vienne au Raimund Theater. Le spectacle s'est produit ensuite en Allemagne à Stuttgart, Hambourg et Berlin, ainsi qu’aux Etas-Unis, au Japon et Angleterre. Déjà 7 millions de spectateurs ont assisté au Bal des vampires à travers le monde.

Le thème des vampires, toujours à la mode, permet de créer un véritable univers sur scène. Les décors, les costumes et les lumières participent à cette ambiance parfaitement maîtrisée. Malheureusement, aucun élément perturbateur n’intervient dans le scénario. L'histoire n'a finalement pas grand intérêt, et ce n'est pas pour cette dernière qu'il faut aller voir Le bal des vampires. La fin est « bizarre ». Autant dire qu'il n'y a pas de fin ! Pour notre plus grand plaisir, ces faiblesses du livret sont largement compensées par la traduction française de Nicolas Nebot et Ludovic-Alexandre Vidal, qui ont retranscrit l’humour et le second degré de la version originale avec succès.

Ecrite par Jim Steinman, la musique du spectacle relève plus de l’opéra-rock que du musical classique de Broadway. La plupart des mélodies sont bonnes et entraînantes, même si une seconde écoute est parfois nécessaire pour déceler tout le potentiel de la partition. Malheureusement, l’orchestration est décevante. Malgré les 10 musiciens jouant en live, le mélange de cordes, synthétiseurs et guitares électriques fait un peu « kitsch » et peine parfois à soutenir les voix des comédiens. J'espère que cela est du à une mauvaise balance des instruments, certainement résolue depuis. Votre avis m'intéresse sur ce point : n'hésitez pas à laisser un commentaire ! [EDIT: Je suis retourné voir le Bal des Vampires début janvier 2015 et le problème de son semble avoir été résolu ! On entend parfaitement les comédiens et l'orchestration est bonne.]

Ne tournons pas autour du pot, le casting est de très bonne qualité. Les deux personnages principaux : Sarah (Rafaëlle Cohen) et Alfred (Daniel Carta Mantiglia) ont de très belles voix, bien mises en valeur. Le personnage du professeur Abronsius (David Alexis) est parfait. Stéphane Métro quant à lui joue formidablement bien le rôle du vampire machiavélique. L’ensemble (danseurs/choristes) est aussi très bon, les mouvements de leurs chorégraphies sont synchrones et judicieusement saccadés.

La mise en scène de Roman Polanski est très bonne. On la retrouve dans le jeu du professeur Abronsius ou encore dans l’excellente utilisation des décors. Les vampires n’hésitent pas à investir l’ensemble du théâtre et pas seulement le plateau. Les transitions entre les scènes sont très fluides. Tous les détails sont maîtrisés et c’est souvent l’accumulation de détails qui fait une belle et grande comédie musicale.

Attention, niveau décor, on est dans du lourd. Le bal des vampires est le spectacle musical avec les décors les plus imposants que j'ai pu voir jusqu’à présent. Le théâtre Mogador a du entrer en travaux (démolition de murs et consolidation du plateau) pour accueillir tout le matériel nécessaire au show. Parmi tous les éléments du décor, citons une auberge à étage de la taille de la scène et pivotant sur elle-même, deux passerelles surélevées, un cimetière descendant du plafond, un escalier à colimaçon… Tout arrive de manière très fluide sur scène, ce qui contribue à la magie de ce show. Les costumes (environ 7 par comédien) et les maquillages sont réalistes et d’excellente facture également. Pour couronner le tout, les lumières sont magnifiques. Bref, j'ai adoré.

Malgré quelques faiblesses dans le scénario et l’orchestration, Le bal des vampires est un spectacle de très haut niveau, digne des productions de Broadway, comme souvent avec Stage France.

Sur le même sujet

Le Bal des Vampires, c’est fini ! (vidéo)
Le bal des vampires obtient un molière

Vous aimerez aussi

Le film musical Across the Universe bientôt adapté sur scène en Europe
Audition : Association cherche un chanteur/comédien amateur ou semi-pro
Critique : Everybody’s Talking About Jamie (Londres)
Critique : The Woman in White (Londres)
La Petite Sirène : Le film en prise de vues réelles se précise

Réserver un musical à Londres