S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

La Famille Addams au Palace (Paris, 2017)

#Critique 4227 vu

Après une courte exploitation à Broadway et des productions aux quatre coins du monde (Suède, Angleterre, Australie, Japon, Amérique du Sud), la comédie musicale La Famille Addams débarque enfin à Paris au théâtre Le Palace. Autant dire que je n'ai pas boudé mon plaisir.

Dès la diffusion des premières notes de l'ouverture, qui reprend le célèbre thème musical de La Famille Addams, le public est embarqué et ne décrochera plus. Les claps deviendront des fou-rires et les fou-rires des tonnerres d'applaudissements. Car on sent bien que le spectacle est passé par Broadway. Le livret est bien construit, les transitions sont efficaces et les musiques enlevées. La Famille Addams ne fera jamais partie des classiques du genre, mais il s'agit d'une oeuvre fort sympathique, à l'image de Jersey Boys, de Spamalot ou de Something Rotten.

La comédie musicale a été créée en 2010 par Andrew Lippa (musique et paroles) sur un livret de Marshall Brickman et Rick Elice. L'équipe de création a naturellement exploité l'univers macabre des bande-dessinées et des long-métrages éponymes, sur lesquels les producteurs ont obtenu les droits d'adaptation en 2007. On retrouve donc sur scène les principaux personnages de cette étrange famille : Gomez le père, Morticia la mère, Mercredi la fille, Pugsley le fils, Fétide l'oncle, et j'en passe.

L'argument de la comédie musicale est classique, puisqu'il fait se confronter deux univers diamétralement opposés : celui de la famille Addams et celui d'une famille provinciale américaine typique, dont le fils est amoureux de Mercredi. L'amour et l'acceptation des différences triompheront-t-ils ?

L'énorme force de cette production française réside dans le casting, irréprochable en chant comme en comédie. Si le public rit beaucoup pendant le spectacle, c'est indéniablement grâce au talent des comédiens présents sur scène. Lucie Riedinger, qui joue le rôle de Morticia Addams et Charlotte Hervieux, qui joue celui de Mercredi, excellent toutes deux dans le belting, technique vocale indispensable à l'interprétation de la partition d'Andrew Lippa. J'aimerais également citer Vincent Gilliéron, que l'on connaît pour animer (et quelle animation !) les soirées Open Mic d'AMT Live!, et qui m'a fait mourir de rire dans le rôle - presque - muet de Lurch, le majordome des Addams.

Il est néanmoins fort dommage qu'un playback orchestre soit utilisé à la place du véritable orchestre qui était présent dans la production originale new-yorkaise, d'autant plus que la qualité du playback MAO est plus que médiocre. Malheureusement, peu de producteurs ont l'audace de nous proposer en France des spectacles avec le budget nécessaire pour y faire jouer un orchestre live. On peut tout de même saluer ici le choix d'équiper les comédiens de microphones lavalier fixés sur la ligne du cuir chevelu, clairement plus performants que les serre-têtes souvent utilisés en France.

Enfin, alors qu'il nous propose une mise en scène clairement à la hauteur de mes attentes, avec de vraies idées, un décor ingénieux et une formidable direction d'acteurs, Ned Grujic, qui s'est également occupé de l'adaptation française, n'a pas réussi à traduire les paroles à la perfection. Certains effets comiques tombent à plat et les tournures syntaxiques sont parfois bancales. C'est dommage !

Malgré ces quelques bémols, La Famille Addams est un spectacle à ne pas manquer. Car s'il est considéré comme anecdotique selon les standards américains, à Paris il fait partie des comédies musicales incontournables de cette rentrée. A vos billetteries, vous ne le regretterez pas !

Sur le même sujet

La Famille Addams, le musical, débarque à Paris en septembre 2017
Audition : La Famille Addams

Vous aimerez aussi

Le Roi Soleil bientôt de retour à Paris ?
Pretty Woman The Musical : Samantha Barks et Steve Kazee en seront les stars
Une suite au film Mamma Mia! est prévue pour 2018 avec Cher
Critique : Jésus, de Nazareth à Jérusalem (Paris, 2017)
Une vie sur mesure, un one-man-show pour les fous de batterie