S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour ne pas manquer les prochains articles.
Un e-mail par semaine. Pas de pub. Promis.

Tony Comédie

#ILoveMusicals

3 drôles de gammes (Paris)

#Critique

Je laisse la place aujourd'hui à mon ami Quentin, qui a assisté au spectacle 3 drôles de gammes.

Vous vous demandez comment réunir Mozart, Offenbach et Boris Vian dans un même spectacle ? Les 3 drôles de gammes ont trouvé la réponse et elles nous donnent rendez-vous sur scène pour nous le prouver...

Professeurs de conservatoire, Laurence Devilleger, Isabelle Krief et Céline Bognini sont respectivement pianiste, flûtiste et chanteuse. Amies dans la vie comme sur scène, elles ont imaginé un spectacle autour de l'amour, des femmes et de la musique : trois sujets qu'elles maîtrisent parfaitement. Le tout subtilement enrobé d'humour et d'une forte complicité !

Qui dit amour, dit : hommes, maris, amis et même... amants ! Plongés dans leur loge une heure avant le spectacle, nous retrouvons Laurence, mariée depuis des siècles à un mari ennuyeux, Céline, dévoreuse de la vie autant que des hommes et Isabelle, rêveuse et mariée à un fabriquant de trottinettes. Entre maquillage, habillage et babillage, elles répètent leur programme musical.

Celui-ci s'articule entre de magnifiques œuvres classiques telles que « L’amour est un oiseau rebelle », de l'Opéra Carmen, « Air de la reine de la nuit » de La flûte enchantée par Mozart et « I feel pretty » de Bernstein entre autres, mais également de chansons plus récentes comme « Vous mariez pas les filles » de Boris Vian ou encore « Les petits chapeau » de Mireille. Un pari réussi !

Le décor de la loge nous plonge dans un lieu intime et souvent inconnu. Cette proximité permet aux personnages de se confier, d'évoluer et de... répéter ! Pour notre plus grand plaisir ! La mise en scène, signée Gaëtan Gauvain, est précise, léchée et parfaitement articulée pour laisser place autant à la musique et au chant qu'au jeu des comédiennes. Certaines scènes, comme celle des miroirs, sont précises et millimétrées ce qui appuie un peu plus le propos de ces femmes qui ont beaucoup de choses à dire. La lumière est tout aussi soignée et rigoureuse. Nous offrant de très belles images et faisant même apparaître quelques détails cachés de cette loge...

Ces trois femmes ont réussi à mettre le classique au goût du jour avec beaucoup de talent et d'humour. Le public en ressort charmé, souriant et en redemande... Après avoir connu un très beau succès à Avignon, elles sillonnent la France et vous donnent rendez-vous, entre autres, ce samedi 21 janvier (20h30) et dimanche 22 janvier (17h) à l'espace Sorano de Vincennes.

Merci à Quentin Amiot, rédacteur invité pour cette critique.

Vous aimerez aussi

Le film musical Across the Universe bientôt adapté sur scène en Europe
Audition : Association cherche un chanteur/comédien amateur ou semi-pro
Critique : Everybody’s Talking About Jamie (Londres)
Critique : The Woman in White (Londres)
La Petite Sirène : Le film en prise de vues réelles se précise

Réserver un musical à Londres

Plus