Critique : Yes au Café de la Danse

Yes
Photo : Louis Barsiat.
En fin de semaine dernière était jouée, pour trois dates exceptionnelles, la comédie musicale Yes au Café de la Danse, une salle de spectacle assez récente située près de la place de la Bastille à Paris.

Cette comédie musicale française de 1928 raconte l’histoire de Maxime Gavard, un noceur devant l’éternel, qui décide d’épouser sa manucure Totte afin d’éviter le mariage imposé par son père avec Marquita, une riche héritière du Valparaiso. D’ailleurs, est-ce une comédie musicale ou une opérette ? On peut légitimement se poser la question, de part les sujets abordés, le ton de la pièce et le chant lyrique. Mais certaines chorégraphies très « broadway » de Caroline Roëlands nous ramènent à la raison. Finalement, on dira que Yes se situe entre l’opérette et la comédie musicale. Et après tout, peu importe, l’essentiel étant la qualité du spectacle !

Sur ce point là, aucune déception à avoir. La compagnie des Frivolités Parisiennes est un véritable concentré de talent. Tous les artistes présents sur scène interprètent leurs rôles de manière formidable et jamais ridicule. La pièce, créée par Maurice Yvain (dont on célèbre cette année les 50 ans de son décès), est extrêmement drôle et les effets comiques sont ici très bien rendus par la mise en scène de Christophe Mirambeau et le jeu des comédiens.

L’orchestre est simplement composé de deux pianos, chacun étant situé de chaque côté de la scène. L’effet « stéréo » obtenu est saisissant ! Cette simplicité d’orchestration permet aussi de ne pas équiper les comédiens de micros, ce qui nous laisse une compréhension parfaite du texte et une appréciation des voix à leur juste valeur.

Les costumes de Quentin Gianora sont magnifiques. Il est dommage qu’ils ne soient pas plus mis en valeur par l’éclairage qui manque de contraste et d’éclat et par des décors quasiment inexistants. Les quatre cubes qui composent le décor sont bien exploités mais il manque à cette production l’effet « wahoo » que l’on peut habituellement ressentir lorsque l’on assiste à du théâtre musical.

Je n’ai pas senti passer les 3h qu’ont duré la pièce. Il est important de saluer l’énergie qui se dégage de la troupe et qui rend le spectacle très dynamique !

La pièce sera certainement jouée à nouveau. Si tel est le cas, je vous invite à y assister : vous ne serez pas déçu(e) !

Commentaires

avatar
wpDiscuz