Critique : Tea for Two à la Bourse du travail de Lyon

Tea for two
Me voici transportée dans l’Amérique des années 20 et toutes ses paillettes. Pour nous mettre dans l’ambiance, bien installés dans nos fauteuils de la Bourse du travail de Lyon, l’orchestre entame le thème de l’incontournable « Thé pour deux »… et on adore !

La comédie musicale Tea for Two, ou plus exactement No No Nanette, à l’origine, est une œuvre de Vincent Youmans dont la mise en scène et la chorégraphie ont été exécutées par Serge Manguette. La Compagnie Cala nous propose ici un spectacle rythmé, entièrement traduit dans la langue de Molière, alternant dialogues, chansons hautes en couleurs et impressionnantes séquences de claquettes.

Les chansons, notamment les plus attendues comme « Thé pour deux » et « Pour être heureux », sont magnifiquement interprétées par des chanteurs aux voix puissantes, malgré des micros un peu éloignés du centre de la scène. Les amateurs de claquettes vont adorer retrouver les rythmes trépidants du charleston. Les comédiens ont tous la triple casquette de chanteur, d’acteur et de danseur : on apprécie la performance à sa juste valeur !

Nous sommes donc rapidement plongés au cœur de l’intrigue, entre l’envie de liberté de la jeune Nanette et les aventures romantiques de son père adoptif. Ces dernières prennent d’ailleurs le dessus, nous faisant oublier que c’est Nanette qui tient le rôle principal.

Malgré quelques longueurs durant certains dialogues, les chorégraphies simples mais bien exécutées permettent au spectateur de ne pas s’ennuyer un seul instant. De plus, les magnifiques costumes d’époque aident à nous plonger dans l’atmosphère des années 20.

J’ai aimé cette joyeuse comédie musicale, mêlant rêves de jeune fille et amours volages sur des musiques toujours plus entrainantes. Cependant, je regrette un manque général de modernité. Les décors sont défraichis, les chorégraphies trop cadrées et le jeu des acteurs un peu strict. On aurait apprécié que Serge Manguette dépoussière un peu ce chef d’œuvre pour le rendre un soupçon plus actuel.

Malheureusement, cette production n’a été jouée que deux fois, à la Bourse du travail de Lyon. N’hésitez pas à consulter le site http://www.cala-lyon.com/saison-2015-2016.html pour vous informer sur les prochains spectacles de la compagnie Cala !

Merci à Laura, rédactrice invitée pour cette critique !

Commentaires

avatar
Trier par :   Les plus récents | Les plus vieux | Les mieux notés
SERGE MANGUETTE
Lecteur

Bonjour
Merci pour cet article très constructif pour moi . J’ai voulu expressément garder le caractere 1925 qui est une période que j’adore. Car l’histoire meme le demande ( il serait difficile aujourhui de demander à une jeune fille de 18 ans de ne pas aller à la plage pour ne pas montrer ses jambes…) c’est un parfum du passé que j’ai voulu garder.
Serge Manguette

wpDiscuz