Critique : Gospel sur la colline

Gospel sur la Colline
Hier soir a eu lieu la première représentation de Gospel sur la colline aux Folies Bergère. Que vaut ce nouveau spectacle « made in France » ?

Gospel sur la colline est une comédie musicale mise en scène par Jean-Luc Moreau. Elle réunit sur scène plus de 40 artistes : 11 rôles principaux, 24 choristes et danseurs, 9 musiciens en live. L’action se déroule au sein de la communauté noire de Laplace, petite ville de Louisiane, qui tente de se battre contre la ségrégation raciale. Le révérend Gédéon, le pasteur de la communauté (Ilan Evans), souhaite bâtir une nouvelle église sur la colline qui surplombe le village pour en faire un symbole de la réconciliation entre les noirs et les blancs. Cependant, la crainte de la réaction de certains blancs face à ce projet divise la communauté. C’est au cœur de ce tourbillon que va naître un amour qui semble impossible entre la star de jazz Rosa Lamour (Myra Maud) et John (Jean-Luc Guizonne), un jeune adepte du rock n’ roll.

Parmi les 11 rôles principaux, on retrouve avec plaisir Myra Maud (Le Roi Lion), sublime interprète et excellente comédienne, Jean-Michel Vaubien, toujours aussi bon, que nous avions vu dans D.I.S.C.O, et Dominique Magloire. On saluera l’effort – rare dans les productions françaises – d’avoir opté pour un orchestre live plutôt qu’une bande-son.

Le livret, même s’il est prévisible et très linéaire, est plein d’humour et comporte de bonnes idées. L’un des personnages, Rebecca, sert de narratrice. Firmine Richard s’en sort d’ailleurs très bien dans ce rôle. Entre chaque scène, et pendant que les comédiens se mettent en place derrière le rideau semi-transparent, elle passe à l’avant-scène et interpelle le public. On s’attache très vite à ce personnage à la fois authentique et extravagant !

Malheureusement, toutes les bonnes idées de mise en scène sont entachées par le dernier quart du livret, qui nous fait entrer dans une sorte de tunnel sans fin, enchaînement diabolique de musiques entraînantes puis larmoyantes, puis entraînantes, puis larmoyantes… qui ne servent pas la dramaturgie. Je regrette aussi le manque cruel de décors, entièrement substitués par un mur de leds à l’arrière-scène.

Enfin, malgré toute l’énergie qui se dégage des artistes, le spectacle manque de rythme, et les transitions sont trop longues. En comédie musicale, rien de pire que les temps morts ! Il s’agissait de la première représentation, et les artistes n’étaient certainement pas encore rodés. Il est possible que cela s’améliore au fil des représentations !

Malgré ces bémols, Gospel sur la Colline est une production française de bonne facture. Le spectacle se joue actuellement aux Folies Bergère à Paris et partira en tournée dans toute la France du 4 novembre au 17 décembre 2015.
[tickets]http%3A%2F%2Fplateforme.fnacspectacles.com%2Fplace-spectacle%2Fmanifestation%2FGrand-spectacle-GOSPEL-SUR-LA-COLLINE-FBGOS.htm[/tickets]

Final / Medley :

Remerciements :

Commentaires

avatar
wpDiscuz