Critique : Evita au festival Bruxellons!

Evita
© Grégory Navara
Le Festival Bruxellons! est un festival de théâtre qui se déroule tous les étés en plein air, au Château du Karreveld à Bruxelles.

Chaque année, c’est près d’une trentaine de pièces qui sont jouées au cours de ce festival. Au programme : théâtre, magie, humour et depuis deux ans : comédie musicale. Après La Mélodie du Bonheur en 2015, c’est Evita que le festival nous propose pour sa 18ème édition. Il s’agit de la première création mondiale du spectacle en français.

Après avoir rencontré le succès avec leur comédie musicale Jésus Christ Superstar, le duo composé du parolier Tim Rice (La Belle et la Bête, Le Roi Lion, Aladdin) et du compositeur Andrew Lloyd Webber (Cats, Le Fantôme de l’Opéra, Sunset Boulevard) se reforme une dernière fois pour travailler sur Evita, un musical biographique sur Eva Perón.

Eva Perón fut première dame d’Argentine et une femme politique reconnue notamment pour son combat pour les droits sociaux et en faveur de l’égalité hommes-femmes. Le projet artistique Evita a commencé par la sortie d’un album en 1976. En 1978, le spectacle lève le rideau dans le West-end de Londres pour 10 ans de représentations. Le musical a ensuite été transféré à Broadway en 1979 et adapté en film en 1996 avec Madonna et Antonio Banderas dans les rôles titres.

Jouée en extérieur jusqu’au 27 août 2016, la production d’Evita proposée par le festival Bruxellons! est d’une très grande qualité. Un détail qui n’en est pas un : la sonorisation est parfaite, malgré l’environnement a priori hostile. Certaines salles parisiennes ont manifestement encore beaucoup de progrès à faire dans le domaine. Soulignons également la présence d’un orchestre live, un élément toujours appréciable et qui montre le grand soin apporté à cette production.

Sur scène, une vingtaine d’artiste nous tient en haleine tout au long de cette tragédie musicale. On retrouve avec plaisir Philippe d’Avilla (Roméo et Juliette, Miss Carpenter, Gutenberg! le musical) dans le rôle de Juan Peròn. Deborah De Ridder est impressionnante dans le rôle d’Eva, grâce à un vrai charisme et à un jeu incarné.

Enfin, citons le talentueux Steven Colombeen qui nous offre un personnage du Che convaincant : à la fois ironique vis à vis d’Evita et triste pour le destin de l’Argentine. On sent un grand travail de direction d’acteurs dans cette mise en scène réussie de Daniel Hanssens et Jack Cooper, assistés de Simon Paco. Le décor est fonctionnel et parfaitement exploité par la mise en scène.

L’ambiance dans la cour du Château du Karreveld est très chaleureuse, parfaite pour boire un verre ou grignoter un morceau avant la représentation. J’ai appris par la suite qu’une grande partie de l’équipe organisatrice et administrative était bénévole et donc passionnée par le projet. Cela se ressent dès l’entrée du château et jusqu’à la fin de la soirée.

Cet Evita est un spectacle de haut niveau et une excellente excuse pour découvrir Bruxelles !

Le festival Bruxellons! offre des réductions exceptionnelles aux lecteurs de Tony Comédie pour Evita : 25€ au lieu de 50€ en catégorie classique ou 40€ au lieu de 65€ en carré or ! Pour en profiter, utilisez le code promo TONYCOMEDIE sur la billetterie officielle : https://booking.utick.be/?POS=BRUXELLONS ou par téléphone au +32 (0)2 724 24 24.

Commentaires

avatar
wpDiscuz