Critique : Alice, la comédie musicale

Alice, La Comedie Musicale
J’avais raté cette adaptation française et musicale d’Alice au pays des merveilles. De passage en Avignon en juillet dernier, je me suis rattrapé.

Après un Wonder.land en demi-teinte au Châtelet, c’est la deuxième fois cette saison que j’assiste à l’adaptation musicale du roman de Lewis Caroll.

Il s’agit cette fois-ci d’une adaptation plus « classique », sans être ennuyante, bien au contraire. On y suit évidemment les aventures d’une Alice à la poursuite du lapin blanc au Pays des Merveilles. Sur sa route, elle fera la rencontre des Jumeaux, de la Chenille, du Chat du Cheshire, du Chapelier fou et de la Reine de Cœur. Chacun d’entre eux vont, à leur façon, essayer de lui apprendre à prendre son temps et à ne pas grandir trop vite.

Sur scène, les six artistes nous proposent des personnages dynamiques, hauts en couleurs et aux particularités bien affirmées. Ils captent facilement l’attention des bambins – exercice souvent difficile – qui ne les quittent pas des yeux et restent fascinés pendant toute la durée du spectacle. Un grand bravo à Julie Lemas dans le rôle de la Reine de Cœur qui m’a conquis par sa voix et par son jeu. Les musiques, qui alternent entre jazz et rock, sont efficaces, mais sont plus prétexte à une succession de tableaux qu’un moyen de faire avancer l’histoire.

Les costumes aussi m’ont séduit. A la fois simples et terriblement efficaces, ils permettent aux plus petits de bien identifier chaque personnage. La pièce aurait cependant mérité des décors moins « cheap ». A part le trône de la Reine de Coeur qui est esthétiquement irréprochable, ces derniers auraient pu transmettre un peu plus de magie s’ils étaient plus imposants et plus soignés. Je regrette régulièrement les contraintes de budget souvent imposées aux spectacles familiaux, les exceptions étant bien trop rares.

Malgré tout, Alice, la comédie musicale est un bon spectacle dynamique et enjoué, qui fait le plus grand bonheur des enfants.

Alice, la comédie musicale est jouée au théâtre du Gymnase (Paris) du 6 au 30 août 2016.

Commentaires

avatar
wpDiscuz